jeudi 24 septembre 2009

Décroissance forcée

Source : Fortune et LeMonde.fr et Telegraph

"Après les ravages de la crise des surprimes et de la récession, des quartiers entiers doivent être passés au bulldozer. Ce plan radical intitulé « rétrécir pour survivre » (« shrink to survive ») pourrait être l’ultime recours d’une cinquantaine de villes américaines pour qui réduire l’aire urbaine serait le seul moyen d’éviter la faillite.

À Pittsburgh, plus de cent parcelles ont été rasées et transformées en fermes urbaines et en jardins communautaires. À Detroit, où un tiers de la ville est à l’abandon, 16 millions de dollars vont être consacrés à la destruction de maisons. La municipalité, au bord de la faillite, envisage de diviser la ville en une série de centres urbains séparés par des zones vertes."

Où l'on redécouvre la juste dimension des choses pour une vie humaine... en attendant de relocaliser l'économie à cette échelle aussi.

2 commentaires:

Je me souviens a dit…

Il y a peut-être du bon qui va sortir de tout ça. Lorsque les temps sont durs, les gens ont tendance à se rabattre sur l'essentiel.

Rob a dit…

La décroissance forcée aux Etats-Unis n'est qu'au début. Il sera bon de passer aussi à un bel avenir de la décroissance comme le titre le dernier numéro du magazine "Politis" de France.

En tout cas, l'ère des carburants fossiles est presque finie, alors préparons nous à l'ère de l'économie "solaire" voulue par un certaine Lester Brown par exemple ( éoliennes, panneaux solaires, industrie de la bicyclette, hydrogène, agriculture biologique et reforestation).

Décroissanciste solaire,

Robin Demez.